Jour 6 : Une journée à Pondichéry, jeudi 6 août 2015

Nous  nous levons de bonne heure car nous avons rendez-vous avec le chauffeur de « Siva Guest House » où nous venons de passer 3 nuits. Il doit nous amener à Pondichéry. Nous avons le temps de prendre un café et un thé avant de prendre la route.  Il y a une centaine de kilomètres entre les deux villes.  La route est très chargée,  les écoliers en uniforme marchent le long des routes pour se rendre à l’école.  La mode est aux tresses assorties d’un ruban et repliées en deux.  Il y a des scooters par centaines,  des bus qui roulent un peu n’importe comment,  beaucoup de bruits de coups de klaxons. Il faudra nous y faire, tout au long de ce voyage, le clignotant est remplacé par le klaxon, c’est une réalité très sonore. Nous traversons un paysage de lagunes, il y a des flamants roses dans l’eau et des marais salants assez importants avec du sel très blanc.

image

Arrivés à Pondichéry nous ne trouvons pas la guest house repérée sur le guide du Routard, quant à  la guest house Damas, elle est déjà remplie dès le matin. Ici, les noms notamment de rues sont encore en français dans certains quartiers de la ville.C’est un parfum de colonie que nous allons découvrir, dans ma tête Pondichéry sonne comme un hymne à un autre temps riche de mobilier exotique, d’une France à l’autre bout du monde. Nous choisissons d’être héberger à la Park guest house en bordure de mer,  c’est un peu spécial ici car nous sommes dans Ashram de Sri Aurubindo et les règles de vie sont particulières : il est interdit de boire dans l’enceinte de l’ashram,  de fumer,  les portes ferment à 22 heures 30, l’endroit se prête à la méditation,  la vue du balcon est magnifique,  le tout pour 900 roupies à 3, soit 12 euros. Il y a même devant des poubelles des panneaux disant « ici,  tu jettes ton sentiment de haine, de jalousie, de désir,  de cupidité,  de violence etc ». La vue est magnifique depuis le balcon de notre chambre à 3 lits. Il fait très très chaud sur le front de mer. C’est une chaleur étouffante qui nous assaille et nous cramons littéralement. Dans la ville,  tous les bâtiments appartenant à l’ashram  sont de couleur grise et blanc et se reconnaissent aisément.

image

Pondichéry devait être une très belle ville du temps des français qui restèrent jusqu’en 1954. Le quartier français conserve des maisons coloniales souvent de couleur jaune moutarde ou blanche mais ça commence à être un peu décrépi.

Pondichéry 6-5

Il est délimité par un canal pas très propre. La ville tamoule est grouillante de monde, nous allons au marché ou j’achète un collier de fleurs de jasmin pour mettre dans les cheveux et c’est très agréable de sentir ce parfum tout au long de la journée.

Pondichéry 6-43

Pondichéry 6-24

Après avoir mangé une pizza,  nous terminons la ballade sur le front de mer déserté à cette heure ci.  Il fait une chaleur accablante. Personne ne se baigne,  c’est bien la seule ville de bord de mer où je me suis rendue avec personne dans l’eau mais visiblement il y a de forts courants et une barre de rochers tout le long de la côte. On s’attendait à trouver plein de terrasses mais non il n y en a pas,  par contre il y a un monument aux morts dédié aux indiens tués en France pendant la grande guerre.

Pondichéry 6-33

Pondichéry 6-18Nous visitons la Cathédrale puis nous découvrons un endroit très agréable,  le Café des Artistes,  un endroit qui devait être incroyable du temps de sa splendeur coloniale. On y entre par une allée de fleurs,  c’est très intimiste,  le mobilier est style années 50, il y a une exposition de peintures,  une vierge très kitsch dans le jardin et comble du bonheur,  il y a la WiFi. 9 H sans WiFi c’est difficile pour un ado européen.

Pondichéry 6-61

Pondichéry 6-65

On poursuit la visite de l’ ancien quartier français par un magasin de meubles coloniaux et nous entrons dans un bar privé appelé « le château »,  nous avons droit à la visite complète,  l’ intérieur est raffiné et très classe. A partir de 19 h,  le front de mer est fermé aux voitures et c’est la grande promenade familiale qui démarre.  Toute la ville est là à déambuler au son des vagues qui se fracassent sur les rochers noirs.

image

Pondichéry 6-75-2En soirée nous allons au restaurant Poudou Poudou,  nous sommes les seuls touristes et c’est à la lueur des portables que nous devinons ce que nous mangeons.  Après la promenade du soir,  nous rentrons à l’ashram dont l’entrée est éclairée par de veux ordinateurs Macintosh irisés de lumière sur lesquels sont écrites des pensées concernant le gaspillage pour nous faire penser à réutiliser le matériel plutôt que de le jeter,  la phrase du soir est « better repaired than replaced » et nous font oublier la surconsommation  qui crée de nouveaux besoins.

wpid-img_4739.jpg

Hébergement : Park Guest House, Pondichéry

Adresse Ashram guesthouse – 1 Goubert Ave Puducherry (Pondicherry)

Téléphone :  (91) 413 413 2233644

Email : parkgh@sriaurobindoashram.org

Prix : 900 roupies chambre 3 personnes (12.00 €)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s