Un roman haïtien : Bain de lune, prix fémina

L’histoire commence sur une plage où échoue une jeune femme dont on ignore l’identité et qui apparemment a été agressée. Il y a eu un ouragan qui a duré 3 longues journées et elle se retrouve épuisée et étendue sur le sable mouillé. Au chapitre 2 commence une autre histoire plus ancienne où l’on fait connaissance de Tertulien Messidor et d’Olmène Dorival qui vend ses légumes (mangues, avocats, bananes plantains, patates douces, mil, maïs) et poissons sur le marché. Dès qu’il la rencontre, c’est le coup de foudre et le désir monte en lui. Il a 55 ans, elle en a 16 et il possède les trois-quarts des terres de l’autre côté de la montagne. Il est autoritaire, manipulateur, malhonnête ; c’est un homme puissant, marié, et il convoite toutes les belles filles de la région ainsi que les plus belles terres qu’il obtient de manière pas toujours honnête. En acceptant une case en dur, un lopin de terre, 3 robes, une vache et de belles chaussures achetées à Port-au-Prince, elle devient sa mâitresse et assure à manger à ses enfants tous les jours. C’est son destin qu’elle accepte. Elle espère même que son fils Dieudonné aspirera à une meilleure vie et à une éducation.

Nous sommes à Haïti, les coutumes ancestrales venant de la lointaine Guinée sont présentes, on découvre les divinités célébrées par les habitants tout au long de leur vie, les esprits et les Invisibles. Olmène est une Lafleur et de tout temps il y a eu des rancunes entre les deux familles. Nous suivons l’histoire à travers 3 générations à partir des années 1960 jusqu’à arriver à la fille découverte sur la plage entre la vie et la mort.

Dans ce livre, on apprend que la vie à Haïti est rude, que certains veulent quitter l’île pour une vie meilleure. Nous sommes au moment où Haïti bascule dans la violence et la terreur que fait régner la milice des Tontons Macoutes.

Haïti est de plus touchée régulièrement par de violents ouragans et les sècheresses qui sèment le malheur. Olmène choisira son destin en quittant le village et en abandonnant son fils qui se trouvera sous la protection des dieux africains et apprendra aux côtés de son grand-père à déchiffrer les signes du ciel et à parler avec les Invisibles honorés par les Haïtiens. Ses frères aussi quittent l’Anse Bleue pour la capitale ou pour un monde meilleur ou du moins espéré tel.

Ce que j’ai aimé dans ce livre, ce sont tous les rites vaudous et tout ce qu’on apprend sur les divinités, comment les honorer. Je n’ai pas aimé ce manque d’espoir de résignation, de fatalité qui règne sur cette histoire. Je trouve par contre le titre très beau et empreint de poésie.

Ce livre écrit par une auteure haïtienne a obtenu le prix Fémina 2014.

Yannick Lahens. – Bain de lune. – Paris : Sabine Wespieser éditeur, deuxième tirage, 2014,, 273 p.

ISBN 978-2-84805-117-8

Prix fémina 2014prix-fc3a9mina

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s