Un livre sur le monde des offices et des cuisines au pays des Nantis

Véronique Mougin. – Pour vous servir. – Paris : Flammarion, 2015, 367 p.

ISBN 978-2-0813-6214-7

 

C’est le premier livre de Véronique Mougin que je découvre. Je l’ai bien apprécié même si j’ai trouvé un peu long vers la fin. La dédicace à la première page du livre en résume bien l’atmosphère : « Ici, c’est une grande famille. Quand un chauffeur veut un congé ou une augmentation, il vient me voir, je l’écoute et je le vire » (Michel Audiard, Cent mille dollars au soleil)

mougin

Le livre est découpé en chapitres qui correspondent à des tranches de vie ou plus exactement à des emplois successifs dans de « grandes maisons ». Au début du chapitre, on connait le type de contrat qu’a Françoise notre héroïne dévouée, le nom des employeurs, le lieu de travail, les avantages, le salaire, le nombre d’heures et cela se termine toujours par une petite morale bien souvent truculente et bien avisée appelée leçon n° X.

Françoise est une gouvernante et ce sont vingt ans de sa vie que nous découvrons à travers toutes ses expériences de travail.

 « Il y a un goût d’ail dans ce jus, vous pouvez m’en croire. J’ai bien émincé de l’ail, mais c’était mardi dernier, et j’ai lavé la planche deux fois depuis… C’est donc cela ! Le soulagement se lisait sur le visage d’Elisabeth Mac Linley. Vous réserverez désormais une planche à découper aux oranges. Et ne me refaites jamais une telle plaisanterie, je vous prie. », tels sont les propos truculents d’une des patronnes de la gouvernante.

 C’est un monde nouveau que j’ai découvert avec les extravagances des patrons, leurs psychodrames, les petits secrets de couloir ou d’alcôve, leur grande culture ou leur inculture suivant les cas, les liens qui se tissent ou pas, les promesses des employeurs qui « n’engagent que ceux qui y croient », leurs pensées intimes, le luxe des appartements, la hiérarchie sociale, la jalousie, les mensonges.

 Au début du roman Françoise est mariée à Michel qui tenait un restaurant renommé auparavant mais le chômage et les aléas de la vie font qu’il doit cuisiner pour des patrons riches, voire être leur chauffeur ou même jardinier parfois. Il a du mal à accepter de cuisiner pour des particuliers aux goûts si bizarres et à faire leur larbin. Mais contrairement à son restaurant où il pouvait aller à la rencontre de ses clients, ici, on ne mélange pas les torchons et les serviettes et sa présence hors des fourneaux « pourrait troubler la digestion de nos convives ». Le couple évolue en même temps que la situation professionnelle et ils finiront par divorcer. Mais Françoise continuera de multiplier les différents emplois dans ce milieu socialement élevé.

Parfois Françoise pense tout haut : « Mes patrons me font penser à ces délicieux gâteaux à la framboise qui dissimulent un cœur de citron acidulé. Ils étaient à la fois extrêmement bienveillants et légèrement méprisants, parfaitement aimables et totalement convaincus de leur supériorité ». Je me suis régalée à lire les chapitres qui s’intitulent « l’Augmentation » chez la famille Mac Kinley, de vrais écossais radins comme on les imagine. C’est un vrai plaisir que de voir comment les patrons noient le poisson quand il s’agit de donner plus d’argent à leurs employés qui travaillent pour eux au smic horaire 14 heures par jour week-end compris.

Je ne peux pas dire que ce soit un livre passionnant mais pour quelqu’un comme moi qui prend le train tous les jours, c’était un vrai petit plaisir de retrouver Françoise le soir dans une nouvelle tranche de vie ou d’expérience nouvelle. C’est quand même un roman bien savoureux et très bien écrit.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s