Mardi 16 février 2016 : Partons pour la partie Ouest de Cuba, Une journée à Viñales

Vinales 5-2Après un petit déjeuner avec de la goyave et de l’omelette au chou, nous partons pour Viñales. Le taxi est même en avance. C’est un quatre-quatre avec deux banquettes à l’arrière. Dès que le rabatteur de la veille qui est venu nous chercher à domicile part, le chauffeur nous propose ses services en direct pour la suite du voyage et nous tend sa carte. C’est intéressant car il propose le trajet à 2 CUC de moins que le bus et il vient nous chercher à domicile. Viñales est à environ 150 kilomètres de La Havane. Au passage, nous récupérons Ricardo puis deux Suissesses de Zürich qui s’avèrent être des compagnes de voyage très agréables.

Il n’y a pas grand monde sur l’autoroute où beaucoup de chauffeurs roulent au milieu de la chaussée pour éviter les nids de poule qui sont fort nombreux. Dès que Stef sort de la voiture pour fumer, le chauffeur me demande si nous sommes un couple. Ah ces cubanos !!!

palmier

En chemin, on voit des pélicans, des champs de canne à sucre et des palmiers « botellas ». Ce sont des arbres qui au milieu de leur tronc ont un bourrelet en forme de bouteille. Le paysage devient magnifique et on commence à voir les montagnes. Les maisons sont très colorées et ont toutes une terrasse à l’entrée avec des rocking-chairs. La route monte peu à peu, il y a pas mal de virages et on voit des vieilles voitures incroyables dignes des années 50. Nous arrivons à destination sur les coups de midi.

Le ciel est bleu, il fait même chaud. Première impression en arrivant : il y a des chambres à louer quasiment partout. Toutes les maisons ou presque ont l’insigne bleu et blanc disant qu’elles ont des chambres disponibles payables en CUC. La petite bourgade est magnifique avec ses maisons très colorées à quelques heures seulement de la Havane. Viñales est entourée d’une riche vallée fertile où se perpétuent les traditions culturelles et  agricoles notamment dans la culture du tabac qui en fait sa richesse. Sa vallée est d’ailleurs inscrite depuis 1999 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

 

Catherine arrivée la veille nous a réservé une chambre pour 3 personnes à deux pas de son logement pour 30 CUC la nuit petit déjeuner inclus.  Nous sommes ravis de la retrouver et prenons l’apéro sur la terrasse où nous logeons. Les gens chez qui nous sommes sont très accueillants et nous offrent le café. Nous faisons un rapide tour de ville et allons manger au restaurant appelé « Casa de Don Tomas », c’est un restau un peu chic dans une très belle maison coloniale en bois bleu et blanc. Il y a même un orchestre pour nous accompagner tout au long du repas où nous mangeons des filets de poisson. Le flan maison y est excellent (1 CUC le flan, 6 CUC le plat).

 

Stef et Ricardo partent faire une grande sieste et avec Catherine, nous partons pour une ballade à pied à partir de la casa « Yoan y Yareli Reyes » qui organise des treks à pied. Nous partons pour le « Sunset Tour » à 12 CUC l’après-midi avec un  guide adorable super intéressant en plus, ce qui ne gâche rien. La famille argentine qui nous accompagne est elle aussi très agréable. La randonnée est superbe, on se régale vraiment car la vue est très belle, la vue sur les « mogotes » ou pains de sucre est sublime. Nous sommes dans une région karstique qui a été dévastée en 2008 par un ouragan qui a détruit les champs de canne à sucre et de tabac fort nombreux dans la région et si j’ai bien compris, la montagne pourtant bien verte avait été laissée à nue.

Vinales 5-28

Vinales 5-39

Les séchoirs à tabac sont recouverts de plantes de canne à sucre mais depuis l’ouragan avec ses vents aux alentours de 300 kms heures, la tôle ondulée fait office de toit et seulement le bas des bâtiments est recouvert de feuilles de palmes. Cette ballade est à la fois botanique, culturelle, historique et fort instructive. On visite un séchoir à tabac puis une ferme qui produit du café. Ils récoltent 200 kilos de café par an et 50 kilos sont donnés à l’état. Pour le tabac, l’état cubain récupère 90% de la récolte. Le paysan fait ce qu’il veut des 10% restants. Dans la plantation de tabac que nous visitons, on nous explique comment les feuilles sont mises à sécher pendant 3 mois et ensuite elles sont roulées.

Sur un hibiscus, on observe un colibri ou « zunzurcito » comme il est appelé à Cuba. C’est le plus petit oiseau du monde et il mesure moins de 6 cm de haut. Parait-il qu’en vol stationnaire il fait jusqu’à 90 battements d’ailes par seconde. Il y a des tulipes africaines, c’est un arbre aux très belles hampes de fleurs rouges. La terre est bien rouge elle aussi. On découvre les plantes sensitives appelées ici « dormideras » qui se referment dès qu’on les touche, elles me ressemblent, en fait c’est comme moi avec les chatouilles sur les pieds mais elles, elles ont des vertus médicinales puisqu’elles servent d’anesthésiant pour les rages dentaires. Le guide nous montre plein de plantes qui peuvent être utilisées par les fermiers s’ils se blessent dans les champs et notamment toutes celles qui permettent une cicatrisation rapide.

Vinales 5-71.JPG

On voit des ananas et leurs rejets qui permettent de faire de nouvelles pousses, des manguiers, des goyaviers. Il y en a des jaunes, des oranges et des blanches. Le coucher de soleil est raté aujourd’hui car la pluie arrive au rendez-vous mais le site est vraiment somptueux. Il y a même le réveil cubain à la ferme, le « despertador cubano ». A votre avis, c’est quoi ? C’est un coq et d’ailleurs ici on pratique les combats de coqs. De retour à la casa, les garçons sont en train de boire l’apéro et la bouteille de rhum me paraît déjà bien entamée. Nous allons diner en terrasse dans un restaurant sympa appelé le ‘D-byss » ou « Casa Azul », la Maison bleue. Je prends du poulet à l’ananas, Stef a de la très bonne langouste dans ses spaghettis et Ricardo me fait rêver avec sa paella valenciana.

Vinales 5-79 Pollo a la pina

La soirée se poursuit au Centro Cultural  Polo Montanez où il y a de la bonne musique, un monde fou et des danseurs qui me font rêver. La piste de danse est très animée, le rhume coule à flots. Stef trouve que le rhum n’est pas bon, que c’est un tord boyaux, c’est la première fois que je ne le vois pas finir un verre. Mais l’ambiance est extrêmement sympathique. Nous y restons jusque vers 1 heure du matin et rentrons nous coucher.

Vinales 5-73

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s