Au pays des plantations de tabac, Viñales, une halte incontournable

Vinales 6-2Mauvaise surprise au réveil : le mécanisme pour chauffer l’eau de la douche a cassé net et il n’y a plus que de l’eau froide. La famille fera tout ce qu’il faut dans la journée pour le réparer mais finalement il n’y a pas de pièce de rechange dans la ville et il faudra attendre que la pièce en question arrive de La Havane d’ici quelques jours.

Par contre, le déjeuner est très copieux avec omelette, ananas frais, une délicieuse papaye, du pain, du beurre, du jambon, du membrillo (pâte de coing) et de délicieux beignets préparés par la charmante voisine blonde qui me fera visiter sa basse-cour et son jardin où vivent paisiblement 7 cochons dont 5 bébés. Ici, ils tuent les cochons 2 fois par an, le 27 juillet (jour de la fête nationale) et le 31 décembre. Ils utilisent tous les morceaux du cochon sauf la peau. Un bébé cochon se vend au moins 500 pesos.

Vinales 6-9

 

Vinales 6-23Nous partons pour une visite plus approfondie de Viñales qui est toujours aussi belle. Nous allons au jardin botanique de la Casa Carmen. C’est un jardin très agréable qui vaut vraiment le coup d’être découvert. Il a été créé il y a 100 ans et contient plus de 180 espèces différentes de plantes tropicales : orchidées, hibiscus flamboyants, caféiers, des jacquiers ou jaca, des fromagers (cela ressemble à un baobab. Le fromager a un fruit qui pousse une fois tous les 5 ans et qui contient à l’intérieur du coton).

Vinales 6-43

Le philodendron est appelé la plante du fromage à cause des trous dans les feuilles. La fleur des sanseverias est surnommée « lengua de suegra » ou langue de belle-mère, tout un programme. Il y a des calebasses, des malangos qui sont la base de la purée des bébés ici. Les flamboyants fleurissent en juillet et ont de belles hampes florales oranges, leurs racines sont énormes. Pour la petite histoire, sachez que ce sont les graines de flamboyants que l’on met à l’intérieur des maracas.

 

On nous propose un repas à 10 CUC sur place mais nous refusons. Je monte dans un vieux bus cubain qui doit remonter aux années 50 mais il est toujours d’actualité pour les autochtones qui l’utilisent encore. Il y a des bancs latéraux et un banc au milieu. Nous déjeunons dans le restaurant végétarien de la ville, je prends des crêpes à la farine de haricots rouges. On les appelle des « frigoles ».

Vinales 6-69

 

Vinales 6-67

On assiste à l’arrivée des touristes de La Havane qui débarquent en bus et sont assaillis à la sortie par des dizaines de femmes voulant leur proposer la plus belle chambre de Viñales, le tout dans une joyeuse ambiance. Donc pas de souci pour se trouver un logement.

 

L’après-midi, Stef, Ricardo et moi, après être passés devant la petite maison de Ricardo Vinales 6-64(Villa Ricardito), nous allons faire une excursion à pied proposée par l’office de tourisme local pour un montant de 10 CUC l’après-midi avec un guide très cultivé. Nous nous balladons au milieu de ce très bel environnement, c’est un paysage karstique au milieu duquel il y a les mogotes, les petits pitons calcaires.

Nous partons pour la Vallée de Viñales et voyons d’abord un paysan en train de ramasser des feuilles de tabac. Il les coupe avec une espèce de de machette et les met à cheval sur son bras. Quand tout le bras est recouvert, il les met sur des sortes de structure en bois dans le champ où elles restent quelques jours avant d’aller dans un séchoir à tabac.

 

La ballade se poursuit au milieu de champs de tabac, de chevaux, de bœufs avec un joug. Les bœufs ici sont « le tractor natural » ou tracteur naturel pour la traduction. Nous avons droit à une véritable ballade botanique et découvrons plein de plantes qui sont utilisées comme plantes médicinales et remèdes naturels.

Vinales 6-100

La ballade se poursuit au milieu de champs de tabac, de chevaux, de bœufs avec un joug. Les bœufs ici sont « le tractor natural » ou tracteur naturel pour la traduction. Nous avons droit à une véritable ballade botanique et découvrons plein de plantes qui sont utilisées comme plantes médicinales et remèdes naturels. Les paysans font pousser des haies de « piñas del raton », ce sont des broméliacées voisines des ananas où les souris s’installent dans les épines et n’entrent pas dans les champs. Nous apprenons que le tabac est une plante qu’aucun animal ne broute ou ne mange. Les chèvres qui sont dans le champ de tabac mangent tout ce qu’il y a à la périphérie du champs mais délaissent les feuilles de tabac. Etonnant !!! Visiblement, il n’ y a que Steph qui l’adore, euh Ricardo aussi, la preuve en image.

Vinales 6-126

 Et oh surprise, il semblerait que j’y prenne goût. Vous y croyez ? moi pas du tout…

Vinales 6-128

On visite une ferme avec des cochons. A 500 pesos le bébé, c’est une belle rente que d’avoir des cochons chez soi ; La ballade est géniale et dure presque 4 heures. De retour à Viñales, nous prenons un pot avec le guide.Mais avant cela, nous faisons une drôle de rencontre en croisant le regard d’un rat arboricole. C’est la première fois que j’en vois un et il n’a pas l’air très commode.

Vinales 6-145

Vinales 6-160.JPG

Vinales 6-162

Plus tard, nous retrouvons Catherine qui revient enchantée de son cours particulier de salsa (1 h = 5 CUC). Nous prenons un rhum sur la terrasse et partons dîner dans une petite cabane cafétéria fréquentée majoritairement par des cubains. On mange du porc, du riz, des crudités, le tout pour 3.50 CUC. Ici, on a le droit d’amener sa propre boisson. Stef part donc chercher du rhum dans la boutique d’en face de l’autre côté de la rue et un trou dans le caniveau qu’il n’a pas pu éviter lui provoque une entorse douloureuse de sa cheville qui enfle à vue d’œil. Je cours lui chercher de l’arnica, de la crème, et Catherine lui prête un bas de contention et du voltarène. Un petit rhum pour vaincre la douleur et nous nous couchons. La nuit est dure entre les ronflements du voisin Ricardo puis ceux de Stef qui doit dormir sur le dos pour avoir une position où il n’a pas mal à la cheville. J’allais oublier les ressorts du matelas, le coussin qui n’en est pas un, Stef ne fait que bouger à cause de sa cheville, je décide de prendre une douche et… elle est glacée… Bref, une très mauvaise nuit mais la tête pleine de beaux paysages et le cœur qui sourit à l’idée d’être si bien à Cuba.

Vinales 6-181

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s