Jeudi 18 février 2016 : De Viñales à Trinidad en découvrant Las Terrazas

1-Vinales 7-2Le réveil est difficile car il y a du bruit de bonne heure. Le petit déjeuner est loin d’être à la hauteur de celui de la veille qui était vraiment copieux. Franchement à 5 CUC le petit déjeuner, c’est un peu abusé mais bon, ce n’est pas grave. Nous avons rendez-vous avec le chauffeur qui nous avait amené à Viñales à 9 heures, nous sommes prêts et nous l’attendons dans la rue en prenant le soleil. Il n’arrive que vers 9 h 50, ah la ponctualité cubaine !!! Du coup, je préviens Katharina et Silvia nos amies suisses du retard car nous savons tous que les Suisses sont hyper ponctuels.Nous les récupérons en chemin et avons plaisir à les retrouver et à partager un bout de chemin avec elles jusqu’à La Havane.

 

Las Terrazas 7-1En chemin, nous nous arrêtons à Las Terrazas. L’entrée coûte 2 CUC par personne. L’endroit est super agréable, on se croirait presque en Suisse. Mais ici, le paysage est dominé par des palmiers dans la montagne, la végétation est luxuriante, il y a un petit lac avec de belles maisons colorées tout autour et la perspective de plein de belles randonnées. C’est un site écotouristique. En 1968, un groupe de cubains inquiets de la déforestation de l’île a eu l’idée de reboiser en terrasses (d’où le nom donné au site) sur d’anciennes propriétés de plantations de café abandonnées. En 1971, les ouvriers créèrent un village modèle afin de fournir un hébergement à la population. C’est donc le premier village écolo de Cuba. L’UNESCO a même donné en 1985 le label de réserve de biosphère.

 

Dans ce lieu écotouristique, nous avons visité la Casa de Polo. Plus précisément, il s’agit de la maison de campagne de Polo Montañes, un chanteur cubain mondialement connu. Sa maison au bord du lac est ravissante et a été transformée en petit musée dédié à sa mémoire. Ce chanteur est mort en 2002 dans un accident de la route. A Cuba, c’est une véritable icone et sur les conseils de Ricardo nous achetons un disque de ses chansons.

Las Terrazas 7-4

 

Le chauffeur Luis-Miguel nous conseille un restaurant dans une maison à flanc de colline. L’endroit est superbe, au plus froid de l’hiver il fait 12 degrés, quel rêve !!. On nous amène des quantités incroyables de nourriture, du cochon grillé ou bouilli, un plat de riz moro pour au moins 12 personnes (nous sommes 7 autour de la table), des chips maison, des crudités, du manioc, le tout pour 8 CUC avec un flan maison et le café. Il y a aussi de délicieux jus de fruits à l’ananas. Un vrai régal que cette pause déjeuner.

 

Nous reprenons la route pour La Havane où nous déposons Katharina et Silvia, nous échangeons nos adresses et espérons nous revoir à Zürich quand j’irai voir ma fille.  A La Havane, nous sommes assaillis par les odeurs d’essence et la pollution nous pique les yeux. Petite halte chez la famille du chauffeur qui habite en banlieue dans une immense maison. Nous devinons aisément que l’argent coule à flot dans cette famille qui a vécu quelques années aux Etats-Unis avant de rentrer à Cuba. Je suis impressionnée par le nombre incroyable de chaussures et de fringues qu’il y a dans leurs chambres que j’ai traversées pour me rendre aux toilettes. Un mur entier est constitué d’un véritable dressing sans porte.

 Route Trinidad 7-1

Nous reprenons la route au milieu des champs de canne à sucre. La route est toute droite pendant près de 200 kilomètres. Elle commence à sinuer après Cienfuegos. La nuit tombe, c’est dommage car nous longeons la mer des Caraïbes et nous arrivons à Trinidad vers 19 h 30. Le plus dur reste à faire car il est déjà tard et nous n’avons pas d’endroit où dormir. Mais notre ami Ricardo est hyper efficace et il nous trouve une charmante maison coloniale à 3 étages peinte en jaune et blanc chez Doña Nilda pour 30 CUC la nuit pour 4 en partageant la même chambre. Nous occupons une vraie « suite » parentale avec un grand lit double au milieu et 2 lits simples disposés de chaque côté. C’est un vrai bonheur car l’eau chaude coule à flots et nous apprécions tous la douche car lors de nos deux jours à Trinidad, elle était glacée.

 

La maison est magnifique, il y a de très belles plantes partout et plein de bibelots dans la grande pièce à l’entrée. Nous dînons au restaurant Ochun-Yemaya qui se trouve juste au coin de la rue et qui est exquis. L’adresse est 151 B y C Calle Franck Pais y José Marti. Nous prenons un mojito pour commencer, une piña colada et la boisson locale la cachanchara qui est servi dans une calebasse. C’est à base de citron, de l’eau de vie, du miel, de la glace pilée et de l’eau gazeuse. Avec Catherine, nous partageons une pizza et des brochettes Yéyé à base de crevettes et de langoustes. La paella de Stef avec de la langouste nous fait tous saliver.

Nous sommes tous fatigués et rentrons nous coucher dans notre suite familiale où l’ambiance est très joyeuse entre nous. La cheville de Stef est encore enflée et il a un bel hématome violet.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s