Encore plus au Nord de la Thaïlande vers les frontières chinoises, au pays du thé. Jour 5 : Dimanche 5 août 2012

DSC00443Nous démarrons la journée vers 8 heures à la recherche d’un hypothétique bus vu qu’il n’y a pas de véritable gare routière à Tha Thong, juste une grande natte couverte en bambou au milieu d’une bonne gadoue. Aucune indication de départ de bus mais par chance, le bus jaune pour Mae Salong part 30 minutes plus tard. La vue sur les montagnes avoisinantes est splendide. Le bus a parfois du mal à gravir les pentes ; il faut dire que sa capacité d’accueil en places assises est d’une dizaine de personnes et que nous atteignons le chiffre de 19 passagers, ce qui ressemble ni plus ni moins qu’à une bétaillère.

 

DSC00449

En chemin, nous avons droit à un « check-point » avec contrôle des cartes d’identité (pas pour nous qui sommes les seuls étrangers non asiatiques) ; c’est vrai que la Birmanie est toute proche d’ici et ce sont les Birmans que la police recherche. Toujours des bananiers, des rizières, quelques villages isolés en bambou et la route qui grimpe toujours. Le type des gens que nous croisons change peu à peu vers des traits purement chinois.

DSC00503

Nous arrivons à Mae Salong en fin de matinée et nous nous installons dans un petit bungalow pour 300 baths la nuit (7 euros). Le village est un très long village-rue tout en pente. Il y a des lanternes chinoises suspendues aux entrées des maisons et chacun a son scooter où s’empilent 1, 2, 3 voire 4 personnes et même des bébés ou enfants en très bas âge. Mae Salong est une bourgade pittoresque qui jusqu’au milieu des années 80 était au centre du territoire de l’Opium. Mais le Roi et le gouvernement ont décidé d’éradiquer la culture du pavot et l’ont remplacée par le thé ou le café.

Nous dégustons du thé au « Golden Tea » où nous passons un moment très détendu et agréable avec une dame de Bangkok qui parle français et nous explique les diverses vertus de ce thé (pour mincir, contre le diabète, contre le cholestérol, etc…). Stef le trouve un peu amer et pourtant il s’agit d’un thé qui a remporté les plus grands prix. J’en achète 2 paquets en ayant bien conscience de m’être fait arnaquer, à 600 baths pour 2 paquets, soit le prix de deux nuits d’hôtel mais bon ce n’est pas tous les jours que je bois du thé 5 étoiles ! Paraît-il même qu’il rendrait les femmes  belles  alors on ne va pas s’en priver !

 

Nous visitons ensuite une « tea factory », une petite entreprise familiale où l’on nous montre tout le travail effectué sur le thé depuis la cueillette jusqu’au tri, au broyage et à la mise en clayettes en bambou pour le séchage des feuilles. Dans la rue, il n’ y a que des belles plantes, beaucoup de cactus, d’orchidées bien sûr et des fleurs luxuriantes qui en Europe sont toutes chétives en pot. Les plantations de thé sont sur les pentes dans le village même. Nous croisons des villageois que les organisateurs de treks appellent « des tribus ». En fait, ce sont des montagnards habillés encore en costume traditionnel magnifique. Les femmes portent une très belle coiffe à grelots et leurs habits sont très colorés. Autour de Mae Salong il y a de nombreux petits villages ethniques et les habitants descendent au marché de Mae Salong pour vendre ou faire des emplettes.

DSC00482

 DSC00484

Qui croisons-nous au marché ? Les niçoises rencontrées la veille et qui craquent devant des étals de bijoux. Nous les aidons à marchander le prix. Elles ont décidé de faire un trekking à cheval qui ne s’avèrera pas aussi bien que la description sur le papier. De notre côté, nous optons pour un excellent déjeuner à moins de 100 baths dans une petite gargote dans la rue.

 

DSC00498

DSC00507Après une petite sieste pour Stef, nous montons au Wat Santikkiri, un temple en haut de la colline où il nous faudra gravir 718 marches pour l’atteindre. C’est rude mais quelle vue de là-haut sur les montagnes environnantes et les plantations de thé et de café.L’effort en vaut vraiment la peine, croyez-moi.

 En redescendant, nous nous arrêtons à mi-hauteur car il y a un jardin fabuleux, entretenu par un bonze jardinier avec des plantes partout, des anthuriums de toute beauté, des orchidées en phase de bouturage ou accrochées à des branches. C’est superbe et bien évidemment, je me régale.

 

DSC00544

Près du marché où nous croisons de nombreuses villageoises aux lourdes coiffes en perle et aux guêtres colorées, nous assistons  à un cours de gym en plein air pendant que nos amies niçoises se gavent de gourmandises sucrées. Petite halte apéritive pour la « Chang » traditionnelle du soir avant de rejoindre plus tard, après une bonne demi-heure de marche dans la nuit étoilée, un excellent restaurant avec un vrai chow-chow à l’entrée.

Au retour, le village est bien calme, la nuit est largement tombée, il n’ y a plus personne dans la rue sauf à l’usine visitée le matin où on nous a appris les rudiments sur la culture du thé. L’air est bien frais à cette altitude.

 

DSC00537

 

DSC00480


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s