Les portes du néant, un livre choc sur l’actualité syrienne

Après « Feux croisés », Samar Yazbek témoigne une nouvelle fois sur la tragédie que vit son pays d’origine la Syrie. C’est une une romancière et journaliste syrienne  qui a pris part dès 2011 au soulèvement populaire contre la dictature de Bachar al-Assad en Syrie. Elle a trouvé asile en France où elle vit aujourd’hui avec sa fille. Dans ce livre, elle revient clandestinement dans son pays pour témoigner et aider les siens en fondant une association d’aide aux femmes syriennes pour mettre en place des écoles et des centres de formation dans le contexte tragique d’un pays en proie à la guerre.

J’ai eu un choc en lisant ce livre témoin. J’étais à mille lieues d’imaginer l’insensé et l’ampleur de ce désastre. Sa lecture est loin d’être aisée, non pas à cause de l’écrit mais des mots qui décrivent une réalité parfois insoutenable en racontant au quotidien cette tragédie humaine.

Samar ne nous cache rien, elle ne prend pas de gants pour décrire les horreurs que subit ce peuple au quotidien. La mort est là qui rode, insidieuse, prête à bondir et à dévorer tout ce qui est à sa portée. Entre les lignes, on la voit triompher, on ne sait jamais où elle va frapper et Samar décrit toutes ces minutes qui précèdent ou suivent cet instant de mort, de solitude et de grande souffrance. Samar est au plus proche des combats et pourtant la vie continue malgré tout. Les habitants qu’elle rencontre lui offrent tout ce qu’ils possèdent à la hauteur de la légendaire tradition d’hospitalité du peuple syrien qui là pourtant manque de tout.

Samar est « une femme laïque, démocrate et alaouite. Tout la désigne comme cible » et pourtant elle fait preuve d’un grand courage, d’une force et d’une foi inébranlables, d’une résistance et d’une force interne capable de tout voir, de tout entendre, de tout dire, de tout supporter malgré la douleur de ce qu’elle décrit avec des mots de journaliste.

Dans ce livre, j’ai beaucoup appris sur la géopolitique de ce coin de terre dévasté par 4 ans de guerre. Il confirme ce que je pensais au plus profond à savoir que l’ignorance est la base fondatrice de l’extrémisme.

neant

Pour en savoir plus sur Samar Yazbek je vous propose deux articles

Lettres face au néant paru dans Libération du 20 mars 1976

Samar Yazbek, la revenante de l’enfer syrien, paru dans le Nouvel Observateur

Yazbek Samar. – Les portes du néant. – Paris : Ed. Stock, 2016


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s