Un livre de voyage au Tibet

Alexandra David-Neel. – Voyage d’une Parisienne à Lhassa. – Livre de Poche

 

livre-david-neel

Cet été je ne pars pas sur les routes du monde aussi j’en profite pour lire et partager des voyages écrits par d’autres. Lors d’un séjour à Digne dans les Alpes-de-Haute-Provence, j’ai découvert la vie d’Alexandra David-Neel et depuis j’ai eu envie d’en savoir plus sur cette femme extraordinaire qui a passé la plus grande partie de sa vie  à explorer l’Asie et notamment le Tibet et l’Inde. Ce livre est le premier volume d’une trilogie et a été écrit entre 1926 et 1933.

 

 

ADNAlexandra David-Neel est une orientaliste qui connaît au plus profond la sagesse orientale et les préceptes du bouddhisme. Ce livre raconte son périple incroyable qu’elle a fait à pied en compagnie de celui qu’elle présente comme son fils adoptif, Yongden, un jeune lama à travers des régions qui à l’époque étaient encore inexplorées entre le Tibet et la Chine dans des conditions extrêmes. C’est d’ailleurs la première femme occidentale à pénétrer au Tibet et notamment à Lhassa, la Cité interdite alors aux étrangers. C’est sous le déguisement d’une vieille mère mendiante qu’elle entreprend ce voyage.

 

tsampaCelui-ci dure près de 8 mois. Parfois, les conditions sont tellement apocalyptiques que je me suis maintes fois demandée comment elle avait pu trouver autant de force, d’énergie et de courage au plus profond d’elle-même pour ne jamais renoncer et toujours continuer à grimper des cols. Je suis moi-même une routarde mais j’avoue que dans de telles conditions atmosphériques, en jeûnant et en se contentant de repas très frugaux avec de la tsampa (aliment de base au Tibet, farine d’orge) et un bol de thé au beurre, en mendiant et en dormant sur des sols de fortune, j’aurai abandonné en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire. Et cela malgré le fait qu’il y a de superbes paysages himalayens. Je suis admirative de leur exploit physique.

 

potalaCe livre est donc le récit ethnographique d’un très beau voyage au Pays interdit sous le déguisement d’une paysanne mendiante parmi « un chaos de cimes mauves et orange coiffées de chapeaux neigeux », une vision probablement inoubliable du « Pays des Neiges ». Nous suivons Yongden et sa mère sur leur très longue route vers Lhassa. On y découvre des traditions tibétaines, une foule de choses sur le bouddhisme, les pratiques spirituelles, la vie quotidienne en altitude.

 

Une phrase tirée de ce livre :

« L’Orient – surtout au Tibet – est la terre du mystère et des événements étranges pour peu que l’on sache regarder, écouter, observer attentivement et longuement l’on y découvre un monde au-delà de celui que nous sommes habitués à considérer comme seul réel ».

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s