Phnom Penh : une ville avec des émotions fortes

La nuit a été difficile pour moi car la rue a été très bruyante, les draps étaient super chauds et le ventilateur n’arrivait pas à m’apporter de la fraîcheur. Pourtant nous étions dans un lit king size dans une super jolie chambre mais parfois cela ne suffit pas. On décide de partir déjeuner en ville ; Beurk un thé Lipton, je déteste vraiment ça mais heureusement il y a une énorme pancake nature fort délicieuse qui me fait oublier le goût amer de ce breuvage insipide.

phnom-penh-13-2
Entrée du Palais royal, Phnom Penh

 

On veut commencer la journée par la visite du Palais royal d’où nous sommes tout près mais pas de chance, il est encore fermé pour cause de festival de l’eau. On en fera juste le tour, dommage. Par contre, ce qui est très agréable c’est qu’il y a tout un périmètre de sécurité dû à la fête de l’eau et aucune voiture ne circule en ville, seuls les tuks tuks, scooters et vélos ont le droit d’emprunter les chaussées du centre ville. Nous négocions le prix avec un chauffeur de tuk tuk qui nous amène d’abord au Russian Market. Franchement, n’y allez pas, ce n’est ni plus ni moins qu’un marché à l’asiatique. Rien d’extraordinaire si ce n’est un marché avec des fruits, des légumes, des plats préparés, du poisson frais, des crevettes géantes, de la quincaillerie à gogo, notamment plein de pièces de moto, des métrages à n’en plus finir de tissus, de l’artisanat, des tee-shirts pour touristes….

phnom-penh-13-6-6

phnom-penh-13-6-7 

phnom-penh-13-8Après cette mise en bouche, nous nous rendons au Musée du génocide de Tuoi Sleng ou Camp S21 où près de 20.000 personnes ont disparu et seulement 7 personnes ont survécu (2 peintres qui ont peint l’horreur de ce camp, un ingénieur, des mécaniciens). D’un lieu paisible et serein qu’était cet ancien lycée construit en 1962 avec l’aide des français, les Khmers rouges de Pol Pot en ont fait un centre de détention mais aussi un lieu de torture, un endroit inconcevable, inimaginable, où l’insoutenable a pris place pendant environ 4 longues années. Et ce qu’il faut se dire, c’est que cela s’est passé il n’y a pas si longtemps, j’étais moi-même une jeune adolescente qui s’ouvrait à la découverte du monde en 1975.

phnom-penh-13-14

 

Ce lieu est devenu la prison la plus terrifiante du Cambodge. La visite est particulièrement émouvante mais intéressante et vaut franchement le détour même si c’est vraiment dur par moments, quand on réalise ce qui s’est passé. Les audioguides en français sont superbement bien explicites et nous préparent bien à faire ce cheminement en arrière il y a à peine quelques années. On peut à tout instant se poser dans le jardin sur un banc juste pour avoir une pensée et écouter l’audioguide qui raconte des témoignages lors des procès qui ont eu lieu plus tard. Des centaines de portraits ornent des panneaux, aussi bien les personnes disparues que les tortionnaires à peine plus âgés ou les personnes qui étaient employées dans ces murs. A leur arrivée, ils étaient tous photographiés et ceux qui portaient un matricule accroché à leurs vêtements étaient de soi-disant terroristes. On apprend que rien que le fait de porter des lunettes ou d’avoir un stylo pouvait faire de vous un supposé terroriste puis-qu’alors vous étiez considéré comme un dangereux intellectuel.

phnom-penh-13-20 

L’Unesco a donné son label à cet endroit qui est devenu un lieu labellisé « Patrimoine de l’Unesco » car ils considèrent que la mémoire peut être un patrimoine à transmettre aux générations futures pour que plus jamais pareille horreur ne se reproduise. Nous avons été étonnés par la jeunesse des gardiens qui avaient à peu près une vingtaine d’années et qui en étant endoctrinés devenaient encore plus monstrueux que leurs aînés déjà embrigadés. Des familles entières ont été exterminées ici. C’était le lieu « où les gens entrent mais ne sortent plus jamais ». Nous visitons les cellules, les lits où les prisonniers étaient enchaînés. Certaines photos sont vraiment choquantes et atroces à regarder. Les barbelés des balcons servaient à empêcher les suicides. Nous sommes sous le choc je dois dire mais à la sortie nous avons droit à une grosse séquence émotion lorsque nous rencontrons Bou Meng qui vend son livre « Le survivant » que Stef achète d’ailleurs. Il a eu sa vie sauve tout simplement car il savait réparer les machines à écrire. Après cette visite qui nous a pas mal secoués à l’intérieur, on a besoin de marcher et de rentrer à pied vers le centre-ville, car on a besoin d’un peu de temps pour passer à autre chose car on ne sort pas vraiment indemne d’une telle visite.

phnom-penh-13-33

 

phnom-penh-13-37

Dans le quartier que nous traversons, les maisons sont plutôt belles, il y a aussi d’étonnantes pompes à essence pour scooters et tuk-tuks, des embouteillages, des bouteilles de vin français dans un supermarché à 14 dollars pièce pour de simples vins de Cahors. On arrive au Monument de l’Indépendance qui ressemble à un bouton de lotus  et on se dirige vers quelque chose de plus joyeux et festif au milieu de la foule, c’est la fête de l’eau et il y a pas mal d’animation.

 

 

En tant que touristes étrangers, nous avons le droit d’aller sur la tribune réservée à cet effet. Des boissons nous sont offertes et nous nous installons au premier rang face au fleuve sur des fauteuils bien confortables pour regarder les régates d’aviron. Que de couleurs, de joie, de puissance et il y a une belle ambiance. Le spectacle est bien agréable. Nous avons même droit de prendre des écouteurs pour suivre les courses en traduction simultanée en français.

 phnom-penh-13-61-2

phnom-penh-13-59

Ensuite, on trouve une agence de tourisme ouverte où l’on peut acheter un billet de bus pour Kampot où nous souhaitons aller le lendemain pour 7 dollars chacun. En soirée on mange dans le quartier routard et là le serveur ne nous laisse pas le temps de savourer un apéro bien tranquille pour une fois que j’avais choisi de boire un mojito alcoolisé, j’ai droit à ma soupe deux minutes après mon verre. Mais le serveur s’est trompé, il nous donne l’entrée et le plat du voisin de table. Stef y gagne car il a du riz au calamar au lieu des ordinaires crevettes. Par contre moi, je n’ai pas mon amok mais une soupe de légumes au poulet. Je choisis de faire bonne figure, de ne rien dire quand une autre serveuse arrive avec mon plat et nous procédons à un échange. Hum, c’est bien meilleur, j’adore ce plat le amok qui est le plat cambodgien par excellence. Si vous cliquez sur ce lien, vous aurez le plaisir de découvrir la recette. C’est ICI.

phnom-penh-13-68

C’est juste un régal avec du poisson frais, de la citronnelle, des tranches d’ananas fraîches, du curcuma, du lait de coco. Je me régale. Dans le restaurant ils sont tellement confus qu’ils nous offrent une bière. Pour finir cette journée, nous faisons une balade digestive sur les bords du Mékong après le magnifique feu d’artifice. C’est l’heure de la parade des bateaux éclairés de mille feux et de lumières. C’est splendide à voir, du pur bonheur, un vrai plaisir des yeux. Par contre il ne faut surtout pas regarder sur les berges encombrées de milliers de papiers, de cannettes, etc.., un vrai dépotoir de sacs plastiques. Il y a des marchands ambulants partout, des milliers de gens qui déambulent ou qui ont installé des nattes sur les pelouses tout autour du Palais royal. Voici quelques photos pour partager cette magnifique soirée.

phnom-penh-13-71-2

phnom-penh-13-84-3

phnom-penh-13-85

phnom-penh-13-93

 

Cambodge, Phnom Penh, Dimanche 13 novembre 2016

 

Hébergement : Hôtel Cyclo Hôtel

Adresse :No 50 , Street 172 Corner Street 23 ,Phnom Penh

Prix : 17 euros la nuit pour 2 personnes, chambre propre, spacieuse, très agréable, personnel disponible, quartier animé, bruit dans la rue, à proximité de tout


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s