Les capitales royales autour de Mandalay

Inwa 11-2Le soleil est au rendez-vous de notre journée d’excursion vers les anciennes capitales royales. Le chauffeur est là à l’heure prévue, nous avons négocié avec lui directement d’avoir un taxi à disposition toute la journée de 8 h 30 à 17 h 30 pour un montant de 30.000 kyatts. Soit 19 euros environ alors que les agences touristiques demandaient 18 dollars par personne.

Inwa 11-13 

Première étape de la journée à la sortie de la ville de Mandalay : La Pagode Mahamuni qui est juste magnifique. Elle est très vénérée en Birmanie, ce serait le temple le plus vénéré après la Pagode Shwedagon que nous avons déjà visitée à Rangoun. Il y a pas mal de monde dans les allées. La Pagode abrite un Bouddha de près de 4 mètres de haut qui est recouvert de feuilles d’or. Des hommes qui portent le longyi recouvrent son corps tous les jours d’une mince pellicule d’or, ce qui leur permettrait d’acquérir des mérites. Les femmes doivent se contenter de regarder mais peuvent aussi acheter des feuilles d’or à leur remettre. On nous raconte que chaque jour à quatre heures du matin, des moines polissent et nettoient le visage de Bouddha.

L’ensemble de la Pagode est très plaisant et coloré et avec le soleil et le ciel bleu, les couleurs sont magnifiées. Nous prenons la route pour Amarapura (appelée aussi « Cité de l’immortalité » et capitale en 1783) et nous nous arrêtons à la Kyaung Bagoya, un monastère où les toits sont ornés de motifs en filigrane.

Inwa 11-20

Notre chauffeur nous emmène ensuite au Monastère Barkaya où à 10 h 15 précises, nous pouvons assister au déjeuner des moines. De longues files s’installent dans les allées du monastère, les moines portent tous un pot et viennent chercher leur collation. Ils ont droit à du riz, un savon, une canette de boisson énergisante, des sous et ils repartent vers les réfectoires en fonction de leur âge. Là, sur des tables posées à même le sol ou sur de petites estrades, les attendent 5 plats colorés et qui ont l’air bien appétissants.

Inwa 11-37 

Inwa 11-38

L’endroit est paisible et empreint d’une grande sérénité. Un chat dort au milieu des tongs déposées à l’entrée d’une salle réservée aux moines. La tong est la chaussure par excellence au Myanmar et elle est bien pratique vu le nombre de fois où l’on doit se déchausser par jour. On a même vu des gens faire leur jogging en tong alors que nous on utilise la chaussure dernier cri où l’amorti est calculé en fonction de son pied. Ici pas de supinateur ou de pronateur, la tong s’adapte naturellement à chaque pied. Franchement j’admire car je me demande bien comment ils font pour courir avec ces chaussures-là aux pieds.

 

J’apprécie l’harmonie bien paisible qui règne dans ce monastère où les toiles bordeaux ou safran des vêtements des moines sont suspendues aux fenêtres ou sèchent sur les balcons.

L’étape suivante nous amène dans un atelier de tissage où de jeunes femmes préparent des bobines de fils pendant que d’autres se concentrent sur la fabrication de tissus aux motifs bien colorés. Panique à bord un instant, je ne retrouve plus mes lunettes de vue au moment où je souhaite visiter la boutique de soieries. Oh non, je sais que l’histoire est un éternel recommencement mais je ne voudrais pas revivre l’histoire de 2016, à savoir quand j’avais oublié mes lunettes de vue sur un site archéologique au Viet-Nam. Mon cœur commence à battre très fort dû au stress d’inquiétude mais ouf, tout va bien je les retrouve sur la banquette arrière du taxi.

Inwa 11-48 

Nous reprenons la route pour Sagaing et traversons l’Irrawady par le nouveau pont Ayerwady construit en 2008. C’est un véritable ouvrage d’art à trois travées et quatre voies routières. Tout autour de nous, aussi loin que notre regard puisse porter, il n’y a que des coupoles blanches et de stupas dorés. La colline semble scintiller de mille feux. Pour faire un petit commentaire historique, Sagaing où nous nous trouvons était la capitale du Myanmar vers 1760. Mais cet âge d’or ne dura guère puisque cinquante ans plus tard, le roi décida d’établir sa cour à Inwa de l’autre côté du fleuve car le site était plus facile à défendre.

 

Aujourd’hui, Sagaing reste une capitale « spirituelle » puisque plus de 6000 bonzes et nonnes vivent ici. Encore une fois nous évitons pas mal de marches, environ 350 puisque le chauffeur à notre disposition pour la journée, nous dépose au sommet de la colline. Nous visitons une très jolie pagode, la Paya Ponya Shin qui est le plus important des temples sur la colline. Stef est fasciné par les boîtes aux offrandes remplies de billets en forme de grenouilles.

Inwa 11-67

Je trouve que le Bouddha qui nous accueille est magnifique. Il brille et est tout clinquant dans sa robe dorée et il nous accueille avec son énigmatique sourire plein de bonté. Nous traversons une salle parée de mosaïques de verre turquoise et nous rendons sur la terrasse d’où la vue sur l’Irrawady et les temples alentour est superbe. Un jeune aquarelliste peint des tableaux en quelques minutes avec un rasoir.

Inwa 11-66 

Nous commençons la descente vers l’endroit où nous attend notre taxi et arrivés quasiment au lieu de rendez-vous, nous réalisons que nous avons oublié de récupérer nos chaussures qui sont à l’entrée de la pagode à mi-hauteur. Les jeunes vendeuses birmanes qui sont installées le long des escaliers couverts rigolent bien de notre bévue. Un fait étonnant, certaines vendeuses s’occupent (car il y a fort peu de touristes à cette saison) en s’épouillant les cheveux.

 Inwa 11-65-6

Le chauffeur de taxi nous amène ensuite dans une école où il y a de jeunes bonzes, des nonnes mais aussi des enfants qui ne se destinent pas à la religion. L’école est gratuite et comprend 2556 élèves (682 novices, 1581 nonnes, 68 professeurs). C’est l’heure de la sieste pour les petits. Les maîtresses sont toutes habillées de la même façon et cette tenue sera la même dans toutes les écoles que nous rencontrerons dans notre voyage. Elles portent une longue jupe verte et un chemisier blanc. Le nombre d’élèves par classe est hallucinant ; il y en a près de 65. Le brouhaha qui se dégage dans la classe quand ils répètent les leçons à voix haute est impressionnant. Ici, aucune porte n’est fermée, une professeure d’anglais quitte sa classe pour venir nous parler.

Inwa 11-78 

Puis, nous prenons la direction d’ Inwa (rebaptisée Ava par les Britanniques) qui dans son histoire fut 4 fois la capitale du royaume du Myanmar en six siècles. Aujourd’hui c’est un village d’environ 1000 âmes. Du temps de sa grande splendeur, il ne reste que quelques temples et monastères. Nous devons prendre le bac pour nous y rendre car en fait Inwa est une île. La traversée dure dix minutes seulement et coûte 1400 kyatts par personne (90 centimes). Sur le bac, il y a la place pour une vingtaine de personnes et quelques scooters, cela n’a pas l’air évident de les embarquer.

 

A la sortie du bateau, nous sommes surpris par le nombre dantesque de calèches qui nous attendent, au moins une trentaine. Je n’ose imaginer leur nombre en pleine saison touristique. On nous propose de nous faire visiter l’île pour 10.000 kyatts (6.25 euros), on refuse, on dit qu’on va se ballader à pied, cela les fait gentiment sourire car quand même il y a pas mal de kilomètres, les habitants insistent, nous on fait les fiers en les ignorant, on nous propose 7000 (4.30 euros) et puis à la dernière calèche, un jeune birman nous vend le tour à 5000 kyatts (3 euros). Nous pourrons faire le tour de l’île et voir 5 sites archéologiques, ce que nous acceptons avec plaisir car finalement, il fait très chaud.

Inwa 11-86-2 

Et nous voilà partis sur une charrette (horse-cart) cahin-cahant avec une mule que nous baptisons Pomponette avec ses deux pompons colorés. Nous prenons des chemins de traverse que nous n’aurions jamais trouvés tout seuls et arrivons à la Pagode Yadama Hsemee (Yedanasini). J’aime beaucoup cet endroit qui me rappelle un peu l’atmosphère des temples d’Angkor. Un bouddha de pierre est assis au milieu de ruines en brique. Stef est alpagué par une vendeuse qui veut absolument lui vendre une clochette qu’il finira par prendre pour 3 euros.

 

La ballade se poursuit dans des chemins bordés de bananiers au milieu de rizières et nous sommes pas mal secoués dans le dos. Mais n’empêche que c’est une promenade magnifique. A pied, jamais nous n’aurions fait tout ce périple. Notre jeune guide nous amène ensuite à la « Kyaung Bagaya » où Stef a un vrai coup de cœur. Là il nous faut montrer le ticket acheté la veille à Mandalay. C’est un monastère en bois de teck et au toit en tôle ondulée. Près de 260 piliers en bois soutiennent l’édifice. Prudence, il faut faire attention où l’on met les pieds car parfois certains clous dépassent et n’oublions pas que nous sommes pieds nus.

Nous apprécions beaucoup la petite salle de classe pour les novices avec ses globes terrestres en plastique suspendus aux poutres. Des motifs de paon et de lotus nous font penser à d’autres endroits que nous avons visités en Asie. Dans une grande salle aux hauts plafonds, nous observons le ballet des chauve-souris qui s’accrochent sur les murs.

Inwa 11-116 

Inwa 11-119

 

Pomponette nous fait ensuite découvrir un endroit isolé au milieu des bananeraies où s’élève la Tour de l’Horloge (Watch Tower) qui a été restaurée car elle a subi de gros dommages suite à un séisme en 1838. Au pied de la tour, il y a encore les gros blocs qui se sont effondrés. Actuellement, on ne peut monter au sommet pour des raisons évidentes de sécurité.

 Dernière étape et non des moindres à Inwa, la Maha Aungmye Bonzan Kang, le monastère royal bâti en 1822, un édifice en brique parée de stuc. C’est l’un des rares bâtiments qui subsiste de la grande période d’Inwa. Il fait tellement chaud que nous y recherchons la fraîcheur des murs. Juste à côté, il y a une pagode toute blanche avec de beaux stupas mais la chaleur nous incite à nous rendre dans le jardin du monastère voisin. On prend un petit chemin qui nous amène au bord de l’eau et là Sagaing visitée ce matin, se dévoile en toile de fond.

Inwa 11-127

Le soleil couchant ne va pas tarder, il est temps maintenant de prendre le bac et de retrouver notre chauffeur qui nous attend à la sortie de l’embarcadère. Nous faisons alors le même chemin que des centaines de touristes, à savoir, profiter du coucher de soleil pour aller au Pont U-Bein qu’on a l’habitude de voir sur tous les prospectus décrivant la Birmanie. Ce pont en teck est le plus long au monde. L’endroit est très agréable, nous allons jusqu’au bout du pont à 1.2 kms de là.

 Inwa 11-143

Nous observons les pêcheurs qui relèvent les filets à partir de petites barques ou directement immergés dans l’eau jusqu’à la poitrine ; c’est un endroit de carte postale, des amoureux se promènent, des enfants rentrent de l’école en bande, les touristes ont l’air ravis d’être là. C’est vraiment très agréable. La passerelle en teck s’appuie sur près de 1060 piliers en bois. A cette heure-ci, la lumière est particulièrement belle, il y a une brise légère, c’est un moment romantique à souhait.

 Inwa 11-145

Au bout de la passerelle, nous prenons notre premier repas de la journée, des galettes aux œufs et aux légumes, un régal que nous nous offrons à 40 centimes la galette. Nous rentrons à l’hôtel que nous apprécierions encore plus si le muezzin voisin s’arrêtait de chanter, cela dure maintenant depuis plus de 24 heures et c’est énervant. Nous sommes ravis de notre excursion avec le chauffeur rencontré par hasard dans la rue. Du coup, on lui donne un petit pourboire pour la journée (35000 kyatts, environ 22 euros) et on lui donne rendez-vous le lendemain matin pour nous amener à la gare routière.

Inwa 11-148

En soirée, ayant la flemme de chercher un nouveau restaurant, nous repartons  au Rainforest comme des habitués, c’est toujours aussi bon. C’est la 3è fois que nous y retournons et on nous offre une part de gâteau au chocolat, ce qui est ma foi bien appréciable.

 Inwa 11-149

 

Mandalay, 11 août 2017

Hébergement :

Palace View Hotel, prix 19 euros avec le petit déjeuner pour 2 personnes (sur Agoda)

Adresse : 26street between 75 & 76. Mandale, Mandalay, Burma@palaceviewhotelmandalay

tel : +95 9 967 595999


5 réflexions sur “Les capitales royales autour de Mandalay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s