De Bagan la capitale des vieilles pierres à Kalaw, la reine du trek

C’est confortablement installée dans le bus JJ Express que j’écris ce matin. Au diable tous les bus birmans où tout le monde crache dans des sacs en plastique, aujourd’hui, nous voyageons confort maximal. Nous quittons le terminal des bus de Bagan à 8 h 20 le matin. Il y a deux chauffeurs qui vont se relayer et même une charmante hôtesse à la voix suave qui nous invitera à attacher nos ceintures. Pour un peu, on se croirait presque dans un avion. En Birmanie, le luxe c’est de pouvoir employer aussi un jeune garçon au sourire ravageur qui s’occupe des sacs et de payer tous les péages. Faut dire que le paiement des taxes se fait par la fenêtre de droite et que le chauffeur a son volant à gauche, pas pratique pour une seule personne ! Chacun a son rôle et c’est cela l’Asie aussi, du travail pour tous.

Kalaw 20-1
Travailleuses en bord de route vues depuis le bus

Nous faisons un arrêt dans un marché en chemin, et en fait ils vont acheter 3 énormes pastèques qu’ils offrent à tous les voyageurs du bus. C’est vraiment sympa mais on en met partout. Ici, une pastèque coûte 500 kyatts, soit 30 centimes d’euros. Au bord de la route, des femmes et des enfants travaillent sans aucune protection en tong bien évidemment. Ils cassent les cailloux à la main et les femmes versent le goudron tout chaud sur les cailloux concassés. Certes il y a du travail pour tous mais les conditions ne sont pas vraiment idylliques.

La route s’élève peu à peu car Kalaw où nous nous rendons est un village niché à 1300 mètres d’altitude dans l’état de Shan. Sur le bord de la route, il y a de nombreux troupeaux de chèvres et de moutons. En chemin, on observe de loin des moulins à arachide rotatifs qui sont tirés par des zébus.  Le bus n’en finit pas de grimper, nous arrivons vers 14 heures. On nous dépose en plein centre et nous avons de la chance car la guest house que nous avons réservée se trouve à 2 rues de là. Nous avons choisi « la Dream Villa Hotel ». C’est une ancienne maison coloniale toute blanche où les chambres sont lambrissées et ont un beau parquet en bois. Un verre de bienvenue au citron nous est proposé à l’arrivée. Nous sourions car notre lit est décoré de cygnes en serviettes et de pétales de roses qui embaument l’air.

Kalaw 20-2
Accueil fleuri sur notre lit

Nous apprenons que c’est le jour du « 5 days market », marché des 5 jours. Aussi, nous allons tout de suite en ville avant que les paysannes des ethnies aux turbans colorés remontent vers leurs villages des montagnes. Nous espérons rencontrer des femmes des ethnies Danu ou encore Pa O. En plus du marché quotidien, ce marché mobile a lieu tous les 5 jours dans un des villages alentour. Je suis étonnée de trouver à cette altitude tant de marchandes de fleurs et notamment de belles roses. On est surpris aussi par le nombre d’orchidées que l’on peut trouver.

Kalaw 20-4
Marchande de fleurs
Kalaw 20-7
Femme birmane au marché

Nous tentons de nous renseigner pour savoir quels bus nous pouvons prendre pour faire des excursions alentour mais c’est plutôt compliqué d’avoir des infos. Ici, tout est basé sur le trekking vers le Lac Inlé. La plupart des touristes qui passent par Kalaw partent faire des trekkings de 2 à 4 jours accompagnés d’un guide. Mais vu le temps pourri qui s’annonce, l’état des chemins embourbés et le prix demandé, nous n’y pensons même pas. Nous dégotons quand même une voiture taxi qui nous emmènera le lendemain à Pindaya pour 35.000 kyatts (21 euros) car nous avons lu que la grotte aux 8000 bouddhas valait vraiment le coup d’œil. Pour info, d’ici on peut aussi descendre sur Yangoun pour 25.000 kyatts (15 euros) en bus de nuit. 

Kalaw 20-6-2
Des fruits à même le sol

Il se met à pas mal pleuvoir, vite un abri, ce sera le marché couvert avant d’arpenter à pied ce gros bourg de montagne tout humide. Apparemment, il y a une forte communauté népalaise et indienne à Kalaw. Ils sont venus dans ces régions de montagne du temps où les anglais occupaient la Birmanie et construisaient les voies de chemins de fer. Les anglais avaient trop chaud dans la plaine (un peu comme à Simla en Inde) et se faisaient construire de belles villas de villégiature à Kalaw pour se rafraîchir.

 

Kalaw 20-11
Villa à Kalaw

 

Au hasard d’une ruelle, nous voyons une voiture de police qui attire notre regard. Et pour cause, elle est à moitié désossée.

 Kalaw 20-10

N’ayant rien mangé à l’heure du déjeuner, nous dînons assez tôt dans un restaurant tenu par une famille népalaise « l’Everest NEpali Food Center ». Le Masala tea est pas mal du tout et me réchauffe tout le corps. Ce restaurant étant dans tous les guides, tous ceux qui font des treks viennent se restaurer ici et très vite, c’est forcément plein de monde. On les plaint car demain les chemins seront tout détrempés vu ce qu’il tombe ce soir. En soirée, nous préparons la suite du voyage et réservons une chambre via Agoda au bord du lac Inlé à 18 euros la nuit.

Kalaw 20-3
Vue de notre chambre sur Kalaw

 

 

Hébergement : Dream Villa Hotel

Adresse : Zatila Street, Quarter 5, Kalaw, Myanmar

Tél : (+95-81) 50144

E-Mail : dreamvilla@gmail.com

Prix : 18 euros à 2, petit déjeuner compris, wifi, excellent accueil, belles chambres lambrissées

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s