Deux jours au bord du Lac Inlé

 

Inle 23-10Depuis le début du voyage, nous avions déjà eu des petits déjeuners extraordinaires mais là au Sandalwood Hotel, la barre est encore plus haute puisque c’est encore plus copieux que d’habitude. Notre batelier arrive comme prévu à 8 heures ; en fait non, il vient avec 10 minutes d’avance, c’est ça la ponctualité birmane. Le bateau nous attend à la jetée toute proche à moins de trois minutes à pied. Il y a deux chaises vertes sur le pont étroit et 2 gilets de sauvetage. Le temps est incertain mais a l’air de vouloir se lever.

 Inle 23-4

 

Nous empruntons un canal qui nous amène au Lac Inlé quelques kilomètres plus au sud. Il y a une vraie vie sur le canal, on voit des enfants partir à l’école soit à pied le long des rives soit en barque. Le Lac Inlé est un lac d’eau douce à 900 mètres d’altitude entouré de montagnes qui pour l’instant sont encore sous les nuages. Les Inthas sont le peuple du lac. La plupart des villages que nous verrons aujourd’hui sont bâtis sur pilotis et certains sont impressionnants car ils sont en plein milieu du lac. Très souvent, on ne peut aller d’une maison à l’autre qu’en pirogue, il ne faut vraiment pas avoir besoin d’aller chercher du sel, des allumettes ou du beurre chez ses voisins au moment de cuisiner sinon on est obligés de prendre sa barque pour se déplacer.

En arrivant sur le lac, belle surprise, on peut voir les pêcheurs qu’on voit partout en photo sur les dépliants touristiques. Ils ont une manière bien à eux de ramer. Ils sont debout à l’arrière de leur pirogue et entourent la godille d’une jambe et ils attrapent des poissons avec une grande nasse conique.

 Inle 23-12

Je n’ose imaginer le nombre de bateaux à moteur transportant des touristes sur le lac haute saison dans ce précaire équilibre écologique. Je suis surprise par la propreté qui règne autour des maisons sur pilotis et sur le lac lui-même. Il est profond d’environ 5 à 6 mètres en cette saison (c’est la saison des pluies), comme le montre le batelier avec sa grande rame en bois.

 Inle 23-17

Il y a énormément de jacinthes d’eau sur le lac. Pas mal d’algues sont ramassées sur des bateaux. Cela permet ensuite aux Inthas (habitants du lac) de faire des jardins flottants que nous traversons. Ils ajoutent de la terre, de la boue et font de grandes bandes de jardins entre lesquelles ils naviguent. A cette saison, la tomate est reine et les ayant goûtées hier soir en salade, je peux vous assurer qu’elles sont délicieuses.

 Inle 23-18

Inle 23-36

La balade en bateau se poursuit au milieu des canaux et des villages lacustres. Notre guide du jour nous amène visiter un atelier de bijoux en argent hors de prix mais c’est tout de même fort intéressant de les voir travailler l’argent. Puis, nous nous rendons dans un atelier de tissage de coton, de soie et de fleurs de lotus. Pour tisser une écharpe, il faut près de 4000 lotus et l’écharpe toute douce est vendue aux alentours de 200 à 300 dollars pièce. Ce n’est pas du tout pour nos budgets. J’aime toujours autant voir comment on extrait les fils à partir d’un bout de tige de lotus.

 Inle 23-29

Inle 23-44-2

Inle 23-68Nous visitons aussi un atelier de fabrication de cheerots, les fameux cigares birmans. Plusieurs parfums sont proposés : anis, miel ou encore menthe. Stef essaie le cheerot à la banane qui serait le plus fort en goût. Après cette visite, nous allons déjeuner dans un petit restaurant sur pilotis, le cadre est très agréable. Puis, on nous amène voir un atelier de fabrication d’ombrelles. Juste à côté, il y a un magasin d’artisanat où sont exposées (oui c’est le terme tel que je l’ai ressenti) deux jeunes femmes de la communauté des femmes au long cou qui sont là juste pour être prises en photo. Elles sont très belles certes mais cela m’indispose de voir des touristes européens poser à côté d’elles et faire des selfies où elles se forcent à sourire. Désolée mais je n’aime pas les zoos humains. J’ai vraiment détesté cet endroit à « blaireaux » et nous le faisons savoir au batelier.

Inle 23-56 

 

Nous partons visiter ensuite la Pagode Phaung Daw Oo où les statues de Bouddha ont été tellement recouvertes d’or qu’elles sont devenues informes. On dirait un gros tas. A cet endroit, il y a les bateaux qui servent lors des processions des fêtes d’octobre sur le lac et notamment la grande barge royale impressionnante de par sa taille. Elle est en rénovation.

Inle 23-73

 

Inle 23-77

De là, nous empruntons un canal bordé de grands arbres qui nous emmène vers le clou de la journée qui était en option sur l’excursion proposée : le site d’In Dein. Franchement, nous ne regrettons pas le supplément de 5.000 kyatts (environ 3 euros) pour s’y rendre. Après un long corridor couvert de 600 mètres de long bordé d’étals à souvenirs à moitié vides, nous arrivons à la Pagode Shive Inn Tain. C’est juste un ravissement, il y a des stupas par centaines. Elles datent pour la plupart du XVIIè siècle, c’est un spectacle incroyable et magnifique. La couleur à cette heure du jour est très belle.

 Inle 23-99

Pour finir notre super excursion de la journée en sampang à moteur, nous allons voir un très beau monastère en bois de teck appelé le Monastère des Chats sauteurs. Il y a effectivement beaucoup de chats autour de nous mais ils sont très paisibles et sereins.

 Inle 23-123

Nous rentrons sur Nyaungshwe et apprécions l’arc-en-ciel qui se reflète sur la montagne bordant le lac. Nous avons énormément apprécié notre journée de balade sur le lac.

 Inle 23-135

En soirée, nous mangeons près de l’hôtel puis petite balade digestive le long des canaux où sont amarrées toutes les barques à promenade pour digérer les pancakes au chocolat prises dans la soirée.  Le lendemain matin, après un nouveau petit déjeuner pantagruélique, nous partons au marché chercher quelques épices. Pour 2000 kyatts (1.25 euros), nous ramenons du tamarin, du curcuma et du chilli en poudre. Puis, nous allons au Musée Shan Chiefs. Nous avons de la chance car il est fermé les lundis et mardis et aujourd’hui, c’est mercredi. L’entrée coûte 2000 kyatts et n’est payante que pour les étrangers.

Inle 24-4

Le musée est installé dans l’ancien palais des Sabwajis qui étaient les anciens rois de l’état Shan. Ce n’est pas un musée grandiose mais il vaut le détour pour ses beaux costumes, le mobilier royal et son architecture. Nous avons adoré le Bouddha tout en bambou trouvé en 2008 dans un village au bord du Lac Inlé. Nous sommes dans un endroit historiquement intéressant puisque c’est dans ce palais bien décati qu’ont eu lieu en 1947 des accords donnant au peuple shan plus de liberté et d’appartenance à l’état birman.

 

Inle 24-6

Sous le palais, il y a une énorme salle où était entreposé le trésor. Ca me donne l’impression d’être en prison, je n’aime pas vraiment d’autant que mes pieds deviennent tout noirs de marcher pieds-nus sur un sol pas vraiment propre. C’est surprenant mais c’est le deuxième musée que nous visitons où nous devons nous déchausser.

 Inle 24-8

Il est l’heure de déjeuner, aussi devinez où nous nous rendons ? Toujours au même endroit au Restaurant l’Unique à deux pas d’ici. Il porte vraiment bien son nom.  C’est toujours aussi excellent et les prix sont quasi la moitié des autres restaus de la ville (7800 kyatts, 4.80 euros, en ville hier soir 14800, 9 euros à deux) et c’est bien meilleur et familial en plus.

Nous rentrons à l’hôtel en longeant les canaux. Tout le long du chemin, nous sommes gentiment « harcelés » par des bateliers qui veulent nous faire découvrir le lac Inlé. Mais Stef a préparé la phrase magique et choc qui les fait sourire « I am sick on a boat, je suis malade en bateau) ». Nous nous reposons un peu car nous partons ce soir pour le sud avec le bus de nuit aux alentours de 18 heures. De toute façon, il s’est mis à pleuvoir alors un peu de repos pour Stef et de lecture pour moi. Le pick up nous récupère à l’hôtel à 17 h et nous amène à la station Full Moon où un bus VIP nous attend. C’est le bus de Rangoon et nous descendrons en chemin à Bago aux alentours de 5 heures du matin. Le début du voyage est difficile car c’est de la pure route de montagne jusqu’à Kalaw où nous étions quelques jours plus tôt. Elle est dangereuse et en travaux mais le chauffeur assure royalement. Un long défilé de bus et de camions emprunte le même itinéraire.

 

Nyaungshwe, 23-24 août 2017

Hébergement : Hôtel Sandalwood

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s