Lecture sur la route birmane de « La vallée des rubis », Joseph Kessel

Cet été en vacances au Myanmar, j’ai voulu lire un livre écrit par le talentueux Joseph Kessel histoire de profiter à fond de l’atmosphère voyage qui s’en dégage. L’histoire se passe entre Paris, l’Inde, autre pays que je commence à bien appréhender et Mogol, une ville birmane encore inaccessible pour les étrangers.

Certes, ce n’est pas un livre contemporain qui donne une vision de la Birmanie actuelle mais quand même il y a une atmosphère, quelque chose dans l’air qui fait qu’on se sent ailleurs, on voyage à une autre époque, nous sommes dans les années 50, les voyages sont long et difficiles pour qui veut se rendre en Haute-Birmanie. L’histoire se retrouve dans la vallée de Mogok, une ville qui évoque à elle seule les pierres précieuses et notamment le célèbre rubis « Sang de pigeon », pierre vivante s’il en est. Le pays vient juste de se libérer de l’emprise britannique et nous suivons Kessel en personne en journaliste curieux qui fait le voyage jusqu’au cœur de la jungle avec son ami Jean, un passionné acheteur de pierres précieuses et Julius, un baroudeur qui passe la plupart de sa vie dans ces hautes contrées. A travers les lignes, j’ai découvert tout un monde inconnu pour moi de marchands, de mineurs, d’informateurs, de vieux anglais hauts en couleur, d’une femme chinoise dure en affaire, d’infos sur les pierres si rares de Mogok mais aussi sur le boudhisme à une époque où le pays était peu accessible aux voyageurs étrangers.

C’est un récit de voyage que j’ai aimé partager avec Kessel, bien évidemment j’aurai aimé partir à la découverte du Mogok actuel mais nous n’avons pu aller que jusqu’à Mandalay ar il fallait un permis spécial pour monter dans cette vallée. A l’époque du récit, l’insécurité règne, il y a encore des bandits de grands chemin qui dérobent les pierres précieuses et attaquent les voyageurs. Le charme agit très vite, notamment lorsque les héros débarquent à Bombay, une autre ville dont j’ai aimé l’atmosphère. On sait tout de suite qu’on est en Inde et pas ailleurs, la foule grouille, il y a des senteurs, des couleurs ; Kessel a le don de rendre très vivantes toutes les rencontres avec de simples personnes. Quand il arrive à Rangoun, j’adore sa description de la ville et de ses habitants qui portent le longi, cette étoffe quadrillée pour les hommes et enroulée autour des reins et des jambes ou encore celle des pagodes dorées qui s’élancent dans le ciel birman.

Je n’ai pas été déçue, peut-être qu’en d’autres circonstances, je n’aurai pas été jusqu’au bout de cette lecture mais prise dans l’ambiance, j’ai eu la sensation de m’imprégner encore plus dans la campagne birmane et je me suis laissée porter par l’histoire et le style de cet écrivain dont je n’avais lu jusqu’à présent que Le lion il y a bien longtemps.

 Si je devais garder une phrase de ce livre, ce serait celle-ci si réelle pour moi qui vais partir dans quelques jours en Inde :

« Les grands voyages ont ceci de merveilleux que leur enchantement commence avant le départ même. On ouvre les atlas, on rêve sur les cartes. On répète les noms des villes inconnues… »

La-Vallee-des-rubis

 

La vallée des rubis, Joseph Kessel, 1955


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s