Livre à découvrir : Meilleurs voeux des Gillespie de Monica McInerney

Un moment de pur bonheur même si c’est un pavé de plus de 500 pages. J’avoue que je me suis attachée à cette famille du bout du monde qui vit dans une ferme d’élevage dans l’outback australien au milieu de nulle part. Il y a Nick le père, un fermier qui fait une dépression à la suite de laquelle il se passionne pour la généalogie de ses ancêtres irlandais. Il est incapable de dire les choses importantes de la vie aux gens qu’il aime et plus particulièrement à sa femme Angela qui est au centre du livre et qui porte cette famille. « Plus les jours passent et plus le fossé qui les séparait semble se creuser ».

Ils ont quatre enfants, les jumelles Geneviève et Victoria, puis Lindy en fait Rosalind qui souffre de la vive complicité de ses sœurs et le très attachant petit dernier Ignatius dit Iggy qui a un ami imaginaire Robbie avec qui il converse et partage ses journées. Depuis 33 ans qu’elle vit en Australie, Angela la mère d’origine anglaise donne des nouvelles de sa famille à travers une carte de Noël annuelle qu’elle envoie à plus de 100 personnes. Elle parle de la vie quotidienne de sa famille, de l’arrivée des 4 enfants, de la vie dans la ferme, des anecdotes. Tout est enjolivé mais cette année elle ressent que tout a été de travers. Il n’y a plus de non-dits, plus de secrets, elle écrit sa lettre avec ses ressentis du moment en disant la vérité et ce qui s’est passé réellement pour chacun des membres de sa famille sans oublier la vieille grand tante Célia, « une vieille chouette indiscrète et d’un snobisme insupportable. D’ailleurs, elle ne pense pas vraiment l’envoyer ainsi ; elle raconte aussi tout ce qu’elle n’a pas vécu et aurait aimé vivre si sa vie avait été différente. Elle se pose des questions sur sa vie et se demande si elle a fait les bons choix et ne s’est pas égarée en chemin. Les choses ne se produisent pas comme prévu et un membre de la famille dont je tairai le nom pense bien faire en envoyant la traditionnelle carte à sa place sauf que… cette année la carte est un peu spéciale, un « vrai pavé dans la mare ». Chacun va réagir différemment et c’est ce qui fait le charme de ce roman que j’ai vraiment aimé.

Angela a un accident de voiture et est atteinte de confabulation. Ce qu’elle perçoit de sa vie est quasi similaire à sa vie imaginaire. Dès lors, tout le monde joue le jeu en lui faisant croire qu’elle est une invitée dans cette famille. Va-t-elle retrouver sa mémoire et les siens ? C’est tout l’enjeu de la dernière partie de ce livre qui invite au dépaysement avec les paysages du domaine qui ont l’air absolument fabuleux et donnent envie d’aller découvrir cette terre asséchée par le soleil.

Un livre que j’aimerai bien voir en film, c’est un bon scénario et cette famille est si attachante. J’ai eu du mal à les quitter.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s