« Préhistoires de Jean Rouaud », essai sur les premiers gestes artistiques des hommes

Cet essai de Jean Rouaud nous entraîne dans le monde de la préhistoire du temps des artistes du Paléolithique et de leurs gestes. Comment tout cela a t’il démarré ? Qui étaient ces véritables peintres qui à travers leur geste artistique pouvaient faire resurgir des animaux préhistoriques tels des mammouths, bisons, lions, lointains aurochs et raconter les exploits de chasse en utilisant les contours, les creux et les bosses des parois de grottes ? Comment leur pensée a évolué pour arriver à des chefs d’œuvre de l’art comme Altamira, Lascaux, Rouffignac ou encore Chauvet ?

Préhistorienne de formation, j’ai été séduite et curieuse du titre mais ces trois nouvelles ne m’ont absolument pas convaincue dans leur ensemble. Je n’ai pas vraiment aimé le style de Jean Rouaud pourtant auteur connu qui a obtenu le Goncourt pour « Les Champs d’honneur » en 1990. Je n’ai pas bien compris tout le chapitre autour des alignements de Carnac et parfois je me suis ennuyée, ce qui est fort dommageable vu le sujet de départ qui me passionne depuis fort longtemps. Mais on y apprend aussi des choses intéressantes sur le geste de l’artiste, sur le fait qu’ils ont peint dans des positions où ils n’avaient quasiment aucun recul et « pourtant le trait est parfaitement maîtrisé ». Ils étaient capables de reproduire des animaux sans les avoir devant les yeux de manière absolument géniale et parfaite.

Préhistoires / Rouaud Jean. – Paris : Gallimard, 2007, 100 p.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s